Nous vous proposons sur cette page de porter un regard appuyé sur un événement, un document, un texte, une image ou encore un autre site web.

Ce focus permettra d'enrichir nos connaissances sur la Marine de Loire, le Musée ou  l'histoire de Châteauneuf et des Castelneuviens.

N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions ! 

L'arrivée de la vapeur dans le monde industriel vers les années 1800 entraîna le développement du chemin de fer, y compris le long de la Loire. Ainsi la ligne ferroviaire Orléans-Tours fut, quant à elle, ouverte en 1846.

Ce rapide  développement du chemin de fer provoqua la fin de la Marine de Loire. Parallèlement, la vapeur allait également investir la Loire par le biais de l'extraction du sable et du jard. 

Si jusqu'alors les sabliers ou "tireu d'sable" pratiquaient l'extraction manuelle à l'aide de la drague à main ou "queue de singe", la forte demande de matériaux, sable et jard, allait très vite amener l'apparition d'engins mécanisés, les dragues à vapeur. Ces dragues feront peu à peu disparaître les sabliers pour en faire des "mariniers dragueurs" ....

La carte postale ci-contre, datant la scène de 1903 à Le Coteau (bourgade rive gauche en vis à vis de Roanne), est emblématique de cette mutation.

Au premier plan, on y voit "La Clotilde", drague à vapeur typique des matériels de cette époque, avec chaîne à godets raclant le fond du fleuve et trémie de déversement latérale dans une embarcation faisant  la navette avec la rive.   

Au second plan, en travers du fleuve, une petite embarcation dans laquelle deux hommes, les sabliers sont en pleine action avec leurs dragues à main. 

David contre Goliath...

Mais contrairement au récit biblique, ce sera Goliath qui l'emportera, avec la voracité croissante des matériels utilisés...et les blessures infligées au fleuve. 

Pour en savoir plus, vous pouvez relire le bulletin N°97 de juin 2019 des Amis du Musée qui a largement développé les mutations ligérienne au fil du XXè siècle .

"La fascination du progrès" Ainsi pourrait -on baptiser cette évocation au dos de la carte de la drague d'Andrézieux ! Louise se plaît a regarder et décrire la drague en action, témoignage rare et d'autant précieux.

"Chère petite Marguerite. La carte que je t’envoie représente la machine dont on se sert pour retirer le sable de la Loire. C’est très intéressant à voir. La drague ressemble à un bateau à vapeur. Les petits vagonnets qui se trouvent les uns à la suite des autres forment une espèce de grande échelle qui plonge dans l’eau. Des ouvriers font tourner à l’aide d’une manivelle mise en mouvement par la vapeur, la roue de la partie supérieure. Cette roue en tournant fait monter les vagonnets pleins de sable. Ils se déversent les uns après les autres dans une grande ouverture d’où le sable s’écoule dans une vaste caisse placée dans une barque. Hier jeudi, malgré le mauvais temps, j’ai été sur le pont voir la drague avec ma compagne qui ne me quitte jamais d’un pas. Elle prétend qu’on ne s’ennuie pas en ma compagnie, que je suis si drôle et si amusante, surtout lorsque j’ai quelque chose à raconter. Adieu chérie, et bons baisers. Louise"

Source des illustrations  : Anciennes cartes postales - Collection privée